[Projets en cours]

Le cinquième membre

de la famille

Le 22 mars 1999 Pierre Gerbaud, musicien en retraite, se fait voler son violoncelle à son domicile. Un Testore, unique, de 1719.

Suite à ce vol il tombe gravement malade et sa fille entreprend de mener une enquête pour retrouver l’instrument.

Après six ans d’opiniâtreté, et sans comprendre tout à fait le chemin qu’il a pris, le violoncelle est retrouvé à Hong-Kong. Il est en possession d’un musicien de renom, professeur de musique.

Trafique d’instruments, réseaux mafieux, appuie politique, corruption, pistage internet… tous les ingrédients du polar sont là. Même le procès qui va prolonger l’histoire de 5 années supplémentaires… 

Une production:
Rtbf (Par ouï-dire)
RTS (Le Labo)
Le Sonoscaphe

Durée : 2 x 47 minutes

Amikejo

Amikejo, c’est le portrait de d’un collectif de théâtre hors norme – combien sont-ils au juste? 15, 20, 30? –  l’Agora Théatre, installé dans un petit coin de Belgique où l’on parle allemand et qui s’appelle depuis peu Belgique de l’Est.

Mais faire le portrait de l’un sans s’intéresser à l’histoire si mouvementée de l’autre n’aurait pas vraiment de sens.

Avant qu’il ne soit question de Belgique de l’Est nous parlions de Communauté Germanophone et plus loin encore de Cantons de l’Est et de Cantons Rédimés

Ces changements de nom pourraient n’être qu’anecdotiques s’ils n’accompagnaient également l’histoire riche et mouvementée, parfois douloureuse, d’une région, et d’une communauté humaine ballotée d’un côté à l’autre des frontières. Celle des Pays bas avec la Prusse, puis celle de la Belgique avec la Prusse d’abord, puis avec l’Allemagne. L’Europe n’existait pas encore…

Imaginez ! Sans avoir quitté une seule fois sa région et son village de Kelmis / La calamine Emil Rixen (1902-1971) avaient été successivement citoyen d’un Etat neutre, sujet de l’Empire Prussien, habitant du royaume de Belgique, et citoyen du Troisième Reich… avant de redevenir citoyen belge après la seconde guerre mondiale . Cinq changements de nationalité !

Ce n’est pas lui qui a traversé les frontières. Ce sont elles qui l’ont traversées…

Aujourd’hui l’histoire s’est apaisée bien sûr. L’Europe, entre autre, est passée par là. Mais, indéniablement, la démarche artistique, les thématiques et les engagements du Théâtre Agora sont nourris des tumultes historiques de cette région.

Presque un double portrait donc…

Et c’est alors que raconter l’aventure de ces fous de théâtre devient, en filigranes, une invitation à réfléchir sur les utopies collectives et l’utopie européenne du vivre ensemble, qui semblent aujourd’hui bien mises à mal, et où le retour des frontières n’annonce rien qui vaille…

Amikejo, en espéranto cela signifie Lieux de l’amitié. C’est le nom qu’avaient choisi pour leur territoire les habitants de Kelmis / La Calamine.

A l’époque, en 1908, il s’agissait d’un Etat neutre et le mouvement espérantiste l’avait choisi comme siège officiel mondial… rien de moins!

Une production du Sonoscaphe
Avec le soutien du Fond d’Aide à la Création Radiophonique de la Fédération Wallonie Bruxelles

Durée :50 minutes

Diffusion à venir:
2018

Sortir de ce jardin

Un documentaire de Claire Gatineau

Je voudrais vous faire entendre le récit d’un voyage.

Celui qu’un groupe de personnes, jeunes et moins jeunes, d’horizons variés, a fait pour se rendre à Marrakech et marquer de sa présence la Cop 22.

Moi, je fais partie de ce groupe.

Ce récit, choral, est aussi l’histoire d’une prise de parole dont l’origine nous ramène au mois de novembre 2015. A l’époque ces mêmes personnes, habitants et travailleurs d’un quartier du vieux Molenbeek, préoccupés par les questions environnementales et l’urgence climatique, décident de se rendre à Paris où se prépare la Cop 21. Le projet est bien lancé mais à la veille du départ les attentats de Paris suspendent toute possibilité de voyage. La commune de Molenbeek et ses habitants sont alors pris d’assaut et largement stigmatisés.

Ce récit n’est pas une réponse au discours médiatique subi pendant cette période sombre.

En ces temps troublés, où force et fermeté semblent être les seuls mots d’ordre, il est l’expression d’une liberté et l’affirmation d’une fragilité féconde : Celle de femmes et d’hommes qui malgré la violence qui leur est faite inventent des chemins de traverse.

 

Une production A nous deux, Asbl – Le Sonoscaphe
Avec le soutien du Fond d’Aide à la Création Radiophonique de la Fédération Wallonie Bruxelles

Durée : 50 minutes

Diffusion à venir:
Juin 2018

Le souffle de l’arpenteur…

Un film d’animation

Claire Gatineau réalise des documentaires radiophoniques, écrit, mais aussi dessine…

L’idée de départ de ce projet, encore en cours, est de voir comment il est possible de croiser documentaire radio, dessin, et cinéma d’animation…

 

Une production A nous deux, Asbl – Le Sonoscaphe

Accueilli par :

l’atelier Graphoui

Durée :

Diffusion à venir:

Suivez-nous :

Attention : ©Tous les sons et toutes les images présents sur ce site sont soumis à un copyright. L’ensemble est déposé auprès de la Scam Belgique et de la Sofam. Pour toute utilisation, merci de nous contacter.